Contrôle

IRAMIANTE

Contrôle

Contrôle

Le rôle du contrôle visuel est un des éléments les plus importants de la phase désamiantage

Il permet au maitre d'ouvrage d'avoir un rapport de contrôle indépendant de la maitrise d'œuvre et de l'entreprise. Le constat visuel intervenant en fin de phase travaux avant déconfinement, les remarques sont prises en compte immédiatement avec l'entreprise encore sur site.

Ce contrôle permet dans la plupart des cas d'éviter un « redésamiantage ». Mais il n’exonère en rien l'entreprise de réaliser son autocontrôle et le maitre d'œuvre de réaliser une première réception avant intervention du contrôleur.

Réglementairement, à ce jour le contrôle visuel n'est obligatoire qu'aux éléments amiantés suivants :

  • flocage
  • calorifugeage
  • faux-plafond

Il est conseillé de généraliser l'usage du contrôle visuel pour l'ensemble des matériaux amiantés de type friable. Rien ne justifie dans le domaine la restriction aux éléments ci-dessus. L'évolution de la réglementation devrait aller en ce sens. Il est aussi conseillé d'utiliser la réception visuelle avec des désamiantage nécessitant un confinement double peau et dynamique (dépose de colle, de ragréage etc.) en effet, la dépose de matériaux de type non friable fait parfois intervenir une méthodologie de type friable.

Il est possible d'utiliser le contrôle visuel pour les matériaux non friable, rien ne n'interdit, il conviendra cependant d'intégrer dans le cahier des charges de l'entreprise de désamiantage les éléments nécessaire. Il s'agit de traiter au cas par cas afin de ne pas alourdir les procédures inutilement ainsi que le budget du maitre d'ouvrage. Il ne faut pas oublier que le maitre d'œuvre a aussi ces obligations de réception et que parfois les doublons sont inutiles. Le maitre d'œuvre en phase étude peut conseiller au maitre d'ouvrage quant au bienfondé du contrôle

Dans plusieurs cas, le rôle du contrôle visuel peut être conseillé lorsque :

  • après désamiantage des risques persistent, notamment sur les supports (dépose de colle, de peinture, etc.)
  • le support n'est pas lisse, continue ou homogène
  • des doutes subsistent sur la localisation exact de l'amiante sur les supports (notamment avec les structures métalliques)
  • des risques de pollution sont possibles par la mise en œuvre du produit, sa dégradation ou sa dépose)
  • le maitre d'œuvre n'a pas la compétence spécifique amiante et ne s'est pas entouré d'un BET

L’examen visuel est issu de la norme XP X 46-021 de juillet 2005

La présente norme définit une méthodologie de l’examen visuel, l’un des éléments clé du processus de réception d’un chantier de retrait de Matériaux et Produits Contenant de l’Amiante (MPCA), répondant au Code de la Santé Publique.

L’examen visuel se déroule en deux parties :

1ère partie du contrôle :

  • Examen visuel avant dépose du confinement « l’entreprise est sur place » et avant la mesure dite de première restitution.

2ème partie du contrôle :

  • Examen visuel après dépose du confinement « l’entreprise est partie » et avant la mesure d’empoussièrement dite de deuxième restitution.

Il est recommandé que l’opérateur de l’examen visuel soit désigné avant la consultation des entreprises, pour que cette opération puisse être intégrée par le maître d’œuvre dans l’organisation du chantier. Il est également recommandé que l’intervention de l’opérateur d’examen visuel soit inscrite dans le contrat de l’entreprise de travaux de retrait de MPCA avec indication prévisionnelle des dates d’examen, de la durée du préavis d’intervention de l’opérateur et de la durée de l’examen visuel.

Méthode de l’intervention :

L’examen visuel doit, sauf impossibilité technique,doit être réalisé en lumière rasante, à l’aide d’une torche à forte luminosité. Si la vision directe n’est pas possible, un miroir ou tout autre moyen de vision indirecte doit être utilisé.

Demande de renseignements